Scanner USB en réseau avec Raspberry Pi sous Arch Linux ARM

De même que pour une imprimante USB, il est facile de mettre en réseau un (vieux) scanner USB. L’avantage est de pouvoir scanner des documents depuis n’importe quelle machine connectée au réseau local, qu’elle tourne sous Windows, sous une distribution basée sur Linux ou même sous Android (pour récupérer un scan depuis un smartphone ou une tablette, par exemple), sans se préoccuper des cables à brancher, déplacer et rebrancher…

Une opératrice travaille au branchement de fils électriques.

Une opératrice ignorant la possibilité de mettre en réseau un scanner USB sue sang et eau pour le connecter à la bonne machine.
Source : Bibliothèque du Congrès des États-Unis – Working with the electric wiring at Douglas Aircraft Company, Long Beach, Calif. (LOC).

Pour mémoire et à toutes fins utiles, voici comment j’ai procédé dans la configuration suivante :

  • Scanner : EPSON, modèle Perfection 2580 Photo (il s’agit d’un scanner USB à plat),
  • Raspberry Pi modèle B rev. 2 connecté au réseau local en Ethernet et animé par Arch Linux ARM.

Le principe est le suivant :

  • Le scanner est connecté à la carte Raspberry Pi et piloté par sane.
  • La carte Raspberry Pi joue le rôle de serveur.
  • Les autres postes du réseau se connectent à la carte et pilotent le scanner au moyen d’un client sane.

Lire la suite

Banana Pi pour les petits, Arch Linux et Gcompris

J’ai acquis il y a un moment une carte Banana Pi. Elle me servait à l’origine comme NAS, mais ayant rapatrié le serveur de fichiers sur une autre machine, elle se trouvait sans emploi. Mes trois jeunes enfants revendiquant le droit de manipuler un clavier et une souris, j’ai eu l’idée d’installer et de configurer pour eux ce mini-PC, en leur permettant, dans un premier temps, d’y jouer avec la suite éducative Gcompris. J’ai choisi Archlinux ARM pour faire tourner tout cela, et tenté, dans la configuration retenue, de privilégier la simplicité, à la fois dans le choix et la disposition du matériel et dans l’utilisation du logiciel, tout en gardant la possibilité de faire évoluer les choses avec l’évolution des capacités des trois petits et de la liberté qu’il est possible et raisonnable de leur laisser dans l’utilisation de l’informatique et l’exposition à l’écran.

Bananes vertes et jaunes.

Banana Pi + Gcompris = Petits ravis
Photo : Ian Ransley, licence CC.

Voici à toutes fins utiles et pour mémoire le relevé des étapes de cette installation. Lire la suite

Installation de Remind en français sous Arch linux ARM

Remind, un programme en ligne de commande frugal mais puissant et souple pour gérer les rappels d’événements, est disponible sous forme de paquet dans les dépôts d’Arch Linux ARM. Pour l’installer, il suffit d’invoquer le paquet Remind :
# pacman -S remind
Mais cette version toute faite est en anglais, alors que le programme peut être porté en de nombreuses langues, dont le français. Pour disposer de la version en français, il faut compiler soi-même Remind à partir des sources.

Couverture d'un ancien almanach.

Un Remind vaut (presque) un almanach.

Pour mémoire et à toutes fins utiles, voici un bref relevé d’installation. La procédure a été testée avec succès sur une carte Cubieboard 1 tournant sous Archlinux ARM et sur une carte Raspberry Pi modèle B rev. 2 aussi sous Archlinux ARM. Lire la suite

Faire parler SSH à Tasker avec JuiceSSH : plugin

Pour passer automatiquement des commandes en fonction de contextes et d’événements prédéfinis depuis un smartphone ou une tablette sous Android via une connexion SSH à certaines machines sur mon réseau domestique, et notamment une carte Raspberry Pi qui me sert à plein de choses différentes j’utilisais jusqu’à présent Tasker couplé au plugin TaskerSSH. TaskerSSH présente cependant un inconvénient : la configuration ne permet la communication qu’avec un seul serveur.

Pour réaliser des opérations plus complexes en ouvrant une session en mode console depuis un smartphone sous Android, j’utilisais (et j’utilise toujours) l’application JuiceSSH. JuiceSSH est maintenant dotée d’un plugin pour Tasker qui va bien plus loin que ce que permet TaskerSSH.

Un bouton pour réveiller toutes les machines du réseau à une heure donnée, pour les éteindre lorsque l’on quitte la maison, pour déclencher la musique quand vient l’heure de se lever, lancer la radio au moment opportun, l’éteindre quand le mobile reçoit un appel, etc. etc. ? C’est possible avec ce plugin (payant mais fort utile).

Arch Linux ARM sur Cubieboard 1 (Allwinner A10, 1Go RAM)

J’ai acquis il y a un peu plus d’un an une carte Cubieboard 1. J’y avais installé Arch Linux ARM en suivant les recommandations disponibles sur le site d’Arch Linux ARM.

Un homme tire un chameau attaché à une corde.

Il est plus facile d’installer Arch Linux ARM sur la carte Cubieboard que de dresser un chameau. Source : The Field Museum Library

À l’occasion d’une réinstallation, je me suis rendu compte qu’une mise à jour était nécessaire, en particulier pour profiter pleinement des 1 Go de RAM embarqués sur la carte. Voici donc, à toutes fins utiles, un relevé des étapes que j’ai parcourues pour l’installation de base d’Arch Linux ARM sur la Cubieboard 1, version définitive (RAM 1 Go).

[Testé sur une carte micro SD de 16 Go de classe 10. Préparation de la carte micro SD depuis un PC tournant sous Xubuntu Linux] Lire la suite

Android et contraintes de sécurité Exchange : solution alternative

J’ai noté dans un précédent billet une méthode pour contourner les contraintes de sécurité imposées par certains administrateurs pour l’utilisation d’un compte Exchange sur un smartphone ou un autre appareil sous Android.

Cette méthode conduit à remplacer deux applications système (le client courriel et l’application permettant de dialoguer avec un serveur Exchange) : il n’est pas très facile de revenir à la situation initiale et le risque de faire une erreur qui rende la consultation des emails et la synchronisation de l’agenda via Exchange impossible (ce qui peut être très gênant).

Il existe une autre méthode plus facilement réversible, basée sur un module du framework Xposed. Il faut disposer des droits d’administrateur (root) sur le terminal concerné, avoir installé Xposed (ce qui suppose d’utiliser un terminal compatible avec le framework).

Gravure représentant la porte d'une chambre forte.

Il est plus facile de contourner les contraintes de sécurité d’Exchange que de forcer un coffre-fort.

Lire la suite

Partager la connection internet sur un mobile via un point d’accès avec authentification EAP-SIM avec un autre appareil

Certains opérateurs de téléphonie mobile permettent l’accès à internet via des hotspots utilisant la méthode d’authentification EAP-SIM. Ces points d’accès sont installés sur les box internet des abonnés de ces opérateurs, dont une partie du débit est réservée à cet usage. C’est le cas pas exemple de Free avec FreeWifi_Secure. La méthode EAP-SIM présente l’avantage pour l’utilisateur de ne pas avoir à saisir d’identifiants pour établir la connexion. Pour pouvoir se connecter à un hotspot avec identification par la méthode EAP-SIM, il faut disposer :

  • D’un terminal mobile reconnaissant le protocole EAP-SIM
  • D’une carte SIM reconnue par l’opérateur

Appareil de TSF.

Partager une connexion à l’internet est aujourd’hui plus facile qu’écouter la TSF.


Avec les mobiles tournant sous une version récente d’Android, il est facile de partager une connexion 3G avec un autre appareil, comme par exemple un PC portable, en transformant le terminal mobile en point d’accès WiFi. Il est aussi très simple de se connecter à un point d’accès utilisant la méthode EAP-SIM. Par contre, il n’est pas possible simplement de partager via le Wifi une connexion à l’internet via un point d’accès utilisant la méthode EAP-SIM avec un autre appareil, en transformant le mobile en simple relais (connexion du relais à l’internet par Wifi et partage de la connexion vers d’autres appareils en Wifi).

On peut contourner cet obstacle en établissant une liaison radio Bluetooth pour distribuer l’internet à un autre appareil. Lire la suite

Télécommande infra-rouge universelle sur smartphone

ZaZaRemote est une application (également disponible sous iOS) qui permet de transformer un smartphone en télécommande infra-rouge universelle. Elle fonctionne avec les terminaux dotés d’un port infra-rouge, ou pour les autres, grâce à l’ajout d’un petit périphérique qui se branche sur la prise casque jack 3,5 mm du terminal et assure la transmission des commandes via une liaison infra-rouge vers les appareils dont on souhaite émuler la télécommande.

Affiche de film.

Zaza (1939)

Lire la suite

Android : contourner les contraintes de sécurité d’Exchange

Certains administrateurs imposent pour de bonnes ou de mauvaises raisons des contraintes de sécurité bien peu conviviales aux utilisateurs qui synchronisent leur terminal mobile (smartphone ou tablette) avec leur serveur Exchange : obligation de choisir un code PIN de déverrouillage du terminal à 6 ou 8 chiffres, verrouillage automatique de l’affichage après 1 minute de veille et obligation de saisir à nouveau le code PIN pour déverrouiller le terminal, obligation d’accorder les droits d’administration sur le terminal au serveur Exchange, obligation d’autoriser l’administrateur du serveur Exchange à effacer toutes les données du smartphone ou de la tablette si des problèmes potentiels de sécurité sont détectés, et autres contraintes pénibles et intrusives qui donnent envie de jeter son smartphone aux orties ou de désactiver la synchronisation.

Il existe un moyen de contourner ces exigences de sécurité en remplaçant les deux applications système qui gèrent les emails d’une part, et la communication avec les serveurs Exchange d’autre part par des versions modifiées. Le principe est de « faire croire » au serveur Exchange que le terminal mobile est bien configuré de manière conforme aux exigences de sécurité requises par l’administrateur Exchange. Lire la suite