Hostapd et AWUS036NHR V2 sous Arch Linux ARM

L’adaptateur Wifi USB AWUS036NHR V2 est équipé du chipset Realtek RTL8188RU.

Hostapd, qui permet de créer facilement un point d’accès sans fil, ne fonctionne pas correctement avec cette carte Wifi.

Pour le faire fonctionner correctement en mode point d’accès sous Arch Linux ARM, il est possible, comme avec les cartes Wifi équipées du chipset RTL8192CU, d’installer le paquet hostapd-rtl871xdrv disponible dans le dépôt AUR et remplacer driver=nl80211 par driver=rtl871xdrv dans le fichier de configuration d’hostapd hostapd.conf. Dans ces conditions, create_ap-git, également disponible dans le dépôt AUR, fonctionne sans difficultés dès lors qu’il est installé postérieurement.

Arch Linux administré à distance sur la carte Raspberry Pi : pas d’accès root via ssh à l’installation

Dans les instructions pour l’installation d’Arch Linux ARM sur les cartes Raspberry Pi 2 (ou le modèle 1, ou le modèle 3), il est indiqué qu’à l’issue de l’installation, il est possible de se connecter à la carte en utilisant la console série ou via une connexion SSH.

C’est sans doute le cas en utilisant la console série (je n’ai pas testé), mais ce n’est pas tout à fait vrai via une connexion SSH.

Pour l’utilisateur par défaut alarm créé à l’installation, la connexion à la carte via SSH ne pose pas de problème (le mot de passe par défaut est alarm).

Par contre, il n’est pas possible de se connecter en tant qu’utilisateur root via ssh sans une petite modification préalable. Lorsque l’on tente de le faire avec le mot de passe par défaut root, on est rejeté abruptement (permission denied). Le problème vient de la configuration du démon SSH qui, par défaut, ne permet pas la connexion en tant qu’utilisateur root. Pour contourner cette difficulté, il faut modifier le fichier de configuration du démon ssh sshd_config qui se trouve dans /etc/ssh/ .

Comme ce fichier est modifiable uniquement… par un utilisateur avec les droits d’administration (root), et que le programme sudo qui permettrait de le faire en étant connecté en tant qu’utilisateur par défaut alarm n’est pas dans la liste des programmes installés par défaut, on est vite bloqué… et c’est fort ennuyeux si l’on a prévu d’administrer la carte entièrement à distance, sans jamais la connecter à un écran ou lui brancher un clavier (headless).

Deux solutions :

– Relier la carte à un écran et à un clavier et se connecter directement en tant que root sur la Raspberry Pi 2, puis aller éditer le fichier de configuration /etc/ssh/sshd_config . Redémarrer.
– Éteindre la machine, extraire la carte microSD contenant le système, monter la partition contenant le système sur une autre machine et aller éditer avec les droits d’administrateur le fichier /etc/ssh/sshd_config. Remettre la carte microSD contenant le système dans la Raspberry Pi 2 et la mettre sous tension pour la redémarrer.

La modification à faire sans /etc/ssh/sshd_config consiste à insérer après la ligne :
#PermitRootLogin prohibit-password
La ligne :
PermitRootLogin yes

Boîte à partage

Piratebox permet très simplement de mettre en place un serveur de partage de fichiers et un système de communication local sans connexion à l’internet. Un point d’accès WiFi spécifique est créé par le système. Pour accéder aux fichiers et échanger entre eux (via un salon de clavardage et/ou un forum de discussion), il suffit pour tout utilisateur disposant d’un appareil capable de se connecter via le WiFi à un point d’accès de rejoindre le point d’accès créé par la machine et d’ouvrir un navigateur. L’installation sur une carte Raspberry pi est très facile. Une application Android permet d’offrir ce service à partir, par exemple, d’un téléphone mobile ou encore d’une Set-top box. Il est aussi possible de le faire à partir d’un ordinateur portable.

L’outil peut être utilisé par exemple pour que les participants à un événement tel qu’un salon, une rencontre, une fête de famille, une formation, une présentation lors d’une réunion, … puissent accéder à des contenus utiles et alimenter le serveur en y déposant leurs productions et autres choses à partager.

AOL ferme l’annuaire Dmoz (Open Directory Project)

Après près de 20 ans d’existence, l’un des plus vieux projets collaboratifs du Web va fermer. AOL, qui en assurait l’hébergement et la maintenance, va débrancher l’annuaire Web DMOZ (Open Directory Project) dans les prochains jours. C’était probablement l’un des derniers annuaires de sites Web édités par des humains.

Lire aussi :
RIP Dmoz : AOL ferme le dernier des annuaires
L’annuaire DMOZ (Open Directory Project) fermera ses portes le 14 mars prochain

Danger et risque, principe de précaution

Une mise en perspective intéressante sur la définition de la notion de danger et de risque, et la différence entre les deux : Science et pseudo-sciences : Gestion du risque ou suppression de tout danger ? [éditorial].

Voir aussi ce rapport sur la mise en oeuvre du principe de précaution inscrit dans la charte de l’environnement, rédigé en 2009 : Le principe de précaution, bilan de son application quatre ans après sa constitutionnalisation.